Mes derniers avis romans:



samedi 26 mars 2016

Le liseur (Bernhard Schlink)




Titre original: Der Vorleser
Traduction: Bernard Lortholary
Nationalité de l’auteur: Allemande
Editions Gallimard (février 1999)
Collection Folio numéro 3158
243 pages
ISBN-10: 2070404587
ISBN-13: 978-2070404582
Genre: Contemporain, drame
Lu le: 23 Mars 2016
Ma note: 11/20
Film adapté en 2008 par Stephen Dalbry


Résumé/4ème de couverture:

A quinze ans, Michaël fait par hasard la connaissance, en rentrant du lycée, d'une femme de trente-cinq ans dont il devient l'amant. Pendant six mois, il la rejoint chez elle tous les jours, et l'un de leurs rites consiste à ce qu'il lui fasse la lecture à haute voix. Cette Hanna reste mystérieuse et imprévisible, elle disparaît du jour au lendemain. Sept ans plus tard, Michaël assiste, dans le cadre de des études de droit, au procès de cinq criminelles et reconnaît Hanna parmi elles. Accablée par ses coaccusées, elle se défend mal et est condamnée à la détention à perpétuité. Mais, sans lui parler, Michaël comprend soudain l'insoupçonnable secret qui, sans innocenter cette femme, éclaire sa destinée, et aussi cet étrange premier amour dont il ne se remettra jamais. Il la revoit une fois, bien des années plus tard. Il se met alors, pour comprendre, à écrire leur histoire, et son histoire à lui, dont il dit : "Comment pourrait-ce être un réconfort, que mon amour pour Hanna soit en quelque sorte le destin de ma génération que j'aurais moins bien su camoufler que les autres ?

L’histoire:

Michaël Berg, jeune adolescent de 15 ans nous raconte comment il a fait la connaissance d’Hanna, 35 ans qui va devenir son amante. Pendant 6 mois il va la rejoindre chez elle pour lui faire la lecture, sans savoir qui est vraiment cette femme qui ne cesse de l’appeler «  garçon »... Il sait très peu de choses de son passé, et son comportement parfois étrange laisse l'adolescent perplexe..
Une relation instable avec une femme mystérieuse qui va lui donner du fil à retordre et qui va, au final disparaitre du jour au lendemain…

Mon avis...:

… Général:

Parce que je me souvenais d’avoir vu le film, pour lequel j’avais eu du mal à savoir si je l’avais aimé ou pas (il y a des fois comme çà où on se demande si on a adoré détester ou crains d’avoir aimé…^^), j’ai été curieuse de connaître l’histoire sur livre. Et je crois qu’au final, pour l’un comme l’autre, je n’adhère pas.

Je n’ai pas grandement aimé ce livre, que j’ai trouvé relativement plat, sans conviction, et pour lequel je n’ai pas eu de sentiments particuliers à la lecture, un peu d’ennui parfois même, pas d’attachements pour les personnages, et pas de réflexions particulières sur les leçons que peuvent nous apporter les camps de concentration (alors que je pense, que l’auteur veut nous faire passer ce message à la lecture). Je ne dis pas qu’il n’y a rien a retenir de cette partie de l’Histoire, bien au contraire, mais l’écriture m’a laissé de marbre et ces réflexions ne me sont pas parvenues...



… Sur les personnages:

Hanna: elle passe pour une personne bipolaire, froide, brutale et excessive (dans la première partie): pète un plomb quand le jeune s’absente pour sortir alors qu’il laisse un mot, elle l’ignore quand il vient sur son lieu de travail, tout cela en faisant en sorte d’inverser la situation au final pour que le jeune finisse par conclure qu’il est coupable. On connaît plus sa personnalité et son caractère au moment du procès, et le fait de connaître son secret (qui ne fut pas une surprise pour moi) la rend un peu plus compréhensible.
Elle est aussi excessive dans la toilette: prend nombreuses douches et bains qui deviennent un rituel sans que l’on sache pourquoi.

Michaël: l’adolescent de 15 ans montre peu de caractère, semble totalement soumis à Hanna qu’il considère comme un modèle puisqu’il n’en trouve pas dans sa propre famille. Il se trouve ainsi manipulé et influençable. Puis en devenant adulte, on trouve un homme qui a construit sa vie, sentimentale comme professionnelle, sans pour autant oublier son premier amour.




Point de vue - Critiques:

Le découpage des parties est bien faite, puisqu’on les identifie clairement sans avoir besoin de titres. La première concerne la rencontre et la romance de Michaël et d'Hanna. La deuxième partie concerne le procès où ils se revoient pour la première fois, 7 ans après leur histoire d'amour. Enfin, la troisième partie correspond à la vie de Michaël après le procès, au moment où Hanna est emprisonnée.

Je n’ai pas du tout accroché sur la première partie. Le narrateur y fait part d’abord des sentiments, de son ressenti, du contexte etc, sur une anecdote particulière… puis nous raconte ensuite dans le détail cette anecdote. Il y a beaucoup de longueurs dans cette partie avec du « blabla" qui tient sur plusieurs pages comme sur « l’anesthésie sentimentale »…

J’ai préféré les deux autres parties. Il y a le récit de la vie dans les camps de concentrations avec le rôle qu’Hanna a pu y jouer. Le parallèle avec le procès en cours est intéressant. Puis on découvre « l’après » pour Hanna et Michaël. J’ai surement mieux apprécie ces deux tiers du livre, en raison du sujet des camps de concentration qui m’intéresse beaucoup et aussi du fait des personnages, qui devient plus mature pour l’un (Michaël) et que l’on découvre et comprend mieux pour l’autre (Hanna). J’ai ainsi mieux accroché sur leur relation qui s’installe bien des années après leur romance, que j’ai trouvée attendrissante, surement du au fait que cette partie soit un peu plus romancée.

Du point de vue de l’écriture, je n’ai pas beaucoup aimé. Je l’ai trouvée barbante, froide, le style haché et décousu. Il faut relire certains passages pour comprendre le sens philosophique.

A l’image du titre du livre (pourquoi pas « le lecteur »?), j’ai également remarqué quelques maladresses de grammaire au niveau du français (comme une double négation peut-être due à la traduction?) qui n’ont pas rendu la lecture agréable.



En bref:

Contrairement à beaucoup d’autres, je n’ai pas particulièrement apprécié ce livre qui m’a laissé assez indifférente, malgré un sujet fort et qui m’intéresse beaucoup et quasiment à chaque fois… Je pense que j’ai étais une simple spectatrice éloignée de ce récit, détachée, qui a fait que je n’ai peut-être pas su capturer l’essentiel et les réflexions de ce livre.

Autour du livre:

  • L'auteur: Né en 1944, Bernhard Schlink a étudié le droit et enseigne le droit public et la philosophie du droit à Berlin. Il a débuté sa carrière d'écrivain avec des romans policiers, mais c'est Le Liseur, roman partiellement autobiographique, qui devient l'un de ses romans les plus connus, traduit en 37 langues.
  • ce livre a reçu le prix Laure Bataillon et le prix Hans Fallada en 1997, le prix de littérature du journal Die Welt en 1999.
  • Film adapté en 2008 de Stephen Dalbry avec Ralph Fiennes et David Kross dans le rôle de Michaël et Kate Winslet dans le rôle d’Hanna, pour lequel elle a gagné un Golden Globe, un BAFTA et un Oscar.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire