Mes derniers avis romans:



samedi 19 mars 2016

Communion mortelle (Frank Tallis)




Titre original: The Liebermann Papers, book 5 : Deadly Communion
Traduction: Michèle Valencia
Nationalité de l’auteur: Anglaise
Editions 10/18 (18 février 2010)
Collection Grands Détectives
351 pages
ISBN-10: 2264048042
ISBN-13: 978-2264048042
Genre: Policier
Lu le: 15 mars 2016
Ma note: 14/20


Résumé/4ème de couverture:

Alors qu'en ce début de XXè siècle une séries de crimes endeuille la ville de Vienne, l'inspecteur Oskar Rheinhardt et son ami, le psychiatre Max Liebermann, se lancent à la poursuite d'un insaisissable psychopathe dont l'arme favorite est... une épingle à chapeau. S'agirait-il du fameux complexe d'Oedipe, que Freud vient de mettre au jour ? Mais Liebermann doit également traiter ses propres patients, dont un homme obsédé par son doppelgänger, un double inquiétant... Traumatisme ? Hallucination ? Quand de nouveaux meurtres remettent en cause ses déductions, l'affaire prend dès lors une tournure très obscure.

Mon avis...:

… Général:

J’ai était un peu déçue avec ce tome par rapport aux autres tomes de la saga, où ici le sujet est centré sur la mort et le sexe avec son lien psychologique du point de vue de Freud.

L’intérêt de cette saga, Les Carnets de Max Liebermann, est de suivre une enquête policière dans un pays hors du commun (Autriche) et dans les années 1900. On trouve ainsi les « bases » d’une enquête, sans l’apport (parfois trop important) de l’aspect scientifique (relevés d’empreintes ou de balles, recherche ADN, géolocalisation, etc…). Comme le montre cet extrait à propos d’une assistante du médecin légiste examinant un corps: «Après avoir retiré une épingle de son chignon, elle racla le dessous de l’ongle et y délogea quelques grains sombres qui tombèrent dans sa paume; Une fois exposés à la forte lumière électrique, les grains prirent une teinte rouille».
Cet extrait est pour moi révélateur du progrès et de la rigueur scientifique qui se mettra en place dans les années futures: pas de règle d’hygiène (pas de ports de gants, utilisation d’un objet personnel, échantillons non protégés), pas d’analyse technique, pas de rapports, pas de classifications des preuves, pas de notes…

… Sur les personnages:

Le psychiatre Max Liebermann et l'inspecteur Oskar Rheinhardt sont amis, coopèrent entre eux et partagent la même passion pour la musique classique de leur temps. On peut les voir comme les Sherlock et Watson viennois. Contrairement aux autres duos que l’on peut retrouver dans certains policiers ou thrillers, ces deux personnages, dont on a très peu d’informations concernant leur caractère ou leur vie passée, ne sont pas distincts aux antipodes l’un de l’autre.

Tous les personnages du livre sont plutôt nommés par les termes allemands de « madame » avec  « frau »  et « fraulein» et de « monsieur » avec « herr » qui peuvent être déroutant à la lecture.

Point de vue - Critiques:

On retrouve certains mots hors du commun tel que stylographe, tram, fiacre que l’on découvre ou redécouvre.

Comme dans tous les tomes de Frank Tallis, on peut noter la présence régulière des cafés où l’inspecteur et le psychiatre prennent le temps et le plaisir de déguster des cafés et des pâtisseries viennoises que l’on prend plaisir à découvrir. Ces dernières sont systématiquement données sous leurs noms viennois annotés de leur composition pour nous mettre l’eau à la bouche.

Je n’ai pas trouvé que le patient dont s’occupe Max Liebermann (l’homme obsédé par son double) s’intègre pleinement dans l’histoire du psychopathe… Contrairement à ce qui est écrit sur la 4ème couverture, je pensais que ce patient jouerait un rôle plus prépondérant dans l’enquête. De plus, on n’a pas d’explications nettes au fait que ce patient soit persuadé d’avoir vu son double…
Et même si j’ai de bonnes notions en terme de psychologie, j’ai trouvé que l’aspect psychologique de ce tome était difficile à suivre. Le complexe d’Oedipe, le lien entre la mort et le sexe est pour moi, mal expliqué dans leur définition et dans leur lien avec l’enquête.

En bref:

Une nouvelle aventure policière de l’inspecteur Rheinhardt associé au psychiatre Liebermann, érudit de Sigmund Freud, fidèle aux autres tomes sous la plume de Franck Tallis, mais peut-être un cran en dessous de part l’enquête, son déroulement et son dénouement.

Autour du livre:

  • L’auteur: Frank Tallis est un docteur en psychologie renommé, spécialiste des troubles obsessionnels. Il a d'abord publié des essais de psychologie grand public, puis des romans (Killing Time et Sensing Others) pour lesquels il a reçu en 1999 le Writer's Award de l'Accadémie des arts de Grande-Bretagne et, un an plus tard, le New London Writer's Award. Sa série viennoise, Les carnets de Max Liebermann, débute avec La Justice de l'inconscient, salué dès sa parution par une critique et un public unanimes. Frank Tallis vit aujourd'hui à Londres.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire